Focus : La Ruinomania et l’usine

Dans deux articles publiés dans la revue Vacarmes, la directrice en chef de la revue Incise, Diane Scott, analyse une sensibilité artistique et culturelle, orientée vers la ruine [1]. Si les ruines évoquent régulièrement les investigations archéologiques de l’Antiquité, la particularité de cette tendance actuelle est qu’elle est centrée sur les ruines du XXe siècle : ces ruines sont celles d’un passé proche et par conséquent, sont les nôtres.

Continuer à lire … « Focus : La Ruinomania et l’usine »

Focus : Internet et l’image marchande

Puisque la photographie reste attachée au palpable, comment témoigne-t-elle du monde à l’ère du numérique ? Cette question n’a en fait pas de sens, si on relève qu’il n’y a qu’en France que le terme « numérique » est employé, en renforçant ainsi une idée de dématérialisation.

Continuer à lire … « Focus : Internet et l’image marchande »

Focus : No go zones !

Les démarches documentaires voulant approcher le paysage puisent leurs origines dès le XIXe siècle dans les campagnes topographiques européennes ou américaines, comme avec Carleton Watkins (1829-1916), Timothy O’Sullivan ou Clarence King (1842-1901). Qu’il s’agisse de voyages ou de conquête de l’Ouest américain, les photographes ont été sollicités par le phénomène de l’industrialisation qui transforme le territoire sauvage. Continuer à lire … « Focus : No go zones ! »

Focus : La photographie rêve t-elle de machines électriques ?

Qu’est-ce que la photographie si ce n’est un voyage dans le temps ? Bien que les heures continues de s’égrainer, l’appareil fixe un moment et nous offre le luxe d’en conserver son image. Dans la sécurité du temps présent, nous pouvons passer la tête par cette fenêtre et observer un passé qui aurai dû nous être interdit.

Continuer à lire … « Focus : La photographie rêve t-elle de machines électriques ? »

Focus : Antoine d’Agata et la photographie porteuse d’une philosophie dans le bordel

Artsphalte présente Antoine d'Agata, Sans titre, Hambourg, 1998. Crédits photographiques Antoine d'Agata / Magnum
Artsphalte présente Antoine d’Agata, Sans titre, Hambourg, 1998. Crédits photographiques Antoine d’Agata / Magnum

Photographe français attaché à l’agence photo Magnum depuis 2004, Antoine d’Agata tourne des films et publie de nombreux ouvrages mêlant photographies et textes. Le dernier en date est Désordres, sorti en 2015 et édité par les éditions Voies Off à Arles. Continuer à lire … « Focus : Antoine d’Agata et la photographie porteuse d’une philosophie dans le bordel »