On the road : Un hiver à Toulouse

Un chien sur une moto, un autre montré de dos près d’une valise, des skateboards… Voici quelques bons prétextes pour relier deux photographes finlandais et plus rapidement, un artiste français, tous trois exposés aux Abattoirs de Toulouse. Notre goût pour les signes de la route ou du ride, ne résistera pas à ces réinterprétations plus douces et classiques, permises par le noir et blanc.

Artsphalte, les Abattoirs de Toulouse, crédits photo artsphalte
Artsphalte, les Abattoirs de Toulouse, crédits photo Artsphalte

Des images qui ont du chien

Qu’elles aient été prises au Népal, en Inde, au Maroc, en Italie ou même en Espagne, il serait vain de chercher le soleil au sein des images des photographes finlandais Kristoffer Albrecht et Pentti Sammallahti. En ce qui concerne les images exposées à Toulouse, et bien que leur fond soit uni, gris et éternellement hivernal, elles ont toutes une atmosphère vaporeuse et poétique. Paysages neigeux ou paisibles lacs viennent servir de décor à des situations parfois incongrues, comme ce chien partant on ne sait où avec sa valise dans la gueule ou un chien, encore, assis sur une moto de façon si triomphante qu’il pourrait défier le snobisme d’Anubis. Quant au Scottich Terrier photographié par Kristoffer Albrecht, attend-t-il son maître ou l’a t-il définitivement quitté et fait sa valise pour une embarcation lointaine ? À ces détails anecdotiques dont les contrastes et volumes sont accentués par le noir et blanc, s’ajoute, pour chaque cadrage, une stabilité intemporelle et une élégante composition. Autrement dit, une manière d’approcher le paysage qui fait écho aux savantes compositions de William Henry Fox Talbot (1800-1877) et une façon de photographier l’anecdote qui rappelle le flegme d’Henry Cartier-Bresson (1908-2004). Rien de plus que des noms historiques ayant rythmés, on l’oublierait presque, la photographie documentaire. La finesse des cadrages et la non pertinence des sujets proposés par Kristoffer Albrecht et Pentti Sammallahti reposent l’œil et les images se consomment au gré de nos rêveries. Ces images conduisent vers un monde fait de plaisirs plus simples, plus épicuriens, et rappellent que oui, parfois la photographie ne peut être qu’une recherche graphique, esthétique, et c’est tout aussi bien ainsi.

mais non ce n'est pas ça...
mais non ce n’est pas ça…
Voila ! : Pentti Sammallahti, Solovski, Mer Blanche, Russie, 1992, © Galerie Camera Obscura
Voila ! : Pentti Sammallahti, Solovski, Mer Blanche, Russie, 1992, crédits photographiques Pentti Sammallahti, conservée à Galerie Camera Obscura
Albrect Kristoffer, Chien avec valise, Ingã, Finlande, 1981
Albrect Kristoffer, Chien avec valise, Ingã, Finlande, 1981

Pro Skater Vs Minimalisme

Mais quel lien pourrait bien exister entre le minimalisme des années 1960 et le skateboard ? Voici un parallèle étonnant proposé par l’artiste français aux multiples casquettes, Raphaël Zarka, adepte lui aussi de grands classiques tels que Robert Morris ou Carl André. Avant tout Raphaël Zarka est un passionné, voire obsédé de la forme géométrique. Et pas des plus courantes comme par exemple, le rhombicuboctahèdre (à vos souhaits). Il traque les formes, les collecte, les photographie, les récupère ou les crée de toute pièce pour ses sculptures. Ici, l’une de ces sculptures à la géométrie complexe, côtoie des images noir et blanc de skateurs. Il suffit de regarder sur quoi ces derniers rident pour que le lien s’établisse tout seul : des formes minimales et lisses. Le noir et blanc des images récupérées par l’artiste permet de souligner ces formes avec leurs propres forces. Également inventé au cours des années 1960, le skateboard est une pratique populaire et urbaine qui a d’abord été testée dans les piscines vides de Californie par des surfeurs en mal de vagues. Le skateboard permet de glisser sur et dans ces espaces de béton en défiant les règles de l’apesanteur. Les skateurs ont finalement vécu physiquement ce que les artistes du minimalisme recherchaient. Un lien d’autant plus évident au regard de l’essai de Zarka, Free Ride : skateboard, mécanique galiléenne et formes simples (le nom est cool n’est-ce pas ?), publié en 2011 par les Éditions B42.

Artsphalte, Les Abattoirs de Toulouse, crédits photo Artsphalte
Artsphalte, Les Abattoirs de Toulouse, crédits photo Artsphalte
Raphaël Zarka, sans titre, photographie Alexis Zavialoff, impression à encre pigmentaire, 50 x 70 cm, coll. de l’artiste et de Michel Rein. Crédits R. Zarka et Alexis Zavialoff
Raphaël Zarka, sans titre, photographie Alexis Zavialoff, impression à encre pigmentaire, 50 x 70 cm, coll. de l’artiste et de Michel Rein. Crédits photographiques R. Zarka et Alexis Zavialoff

Une Loop of death pour le plaisir :

©ArtSphalte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s